Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

10. "Relève-toi et va"

Jésus rencontre dix lépreux

 

 

Le contexte

Pour la troisième et dernière fois, Luc note que Jésus est en route vers Jérusalem
: c’est là qu’il va accomplir le salut de l’humanité.
Jésus traverse la Samarie et la Galilée. La Galilée est un carrefour
d’échanges commerciaux, soumis à de multiples influences. Jésus y
a grandi et y a débuté sa mission. C’est là qu’il a choisi ses Apôtres.
Cette terre est considérée comme une terre méprisable par les Israélites
du sud, de la région de Jérusalem. La Samarie ne vaut guère mieux
pour ces juifs orthodoxes : les Samaritains ne sont pour eux que des
hérétiques descendant d’anciens envahisseurs païens.

Sur le chemin de Jérusalem, Jésus a souvent rencontré l’opposition des
scribes et des pharisiens, mais aussi l’enthousiasme des foules.

Le texte (Luc 17,11 – 19)

11 Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la Samarie et la Galilée.

12 Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s'arrêtèrent à distance 13 et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » 14 En les voyant, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. »

En cours de route, ils furent purifiés. 15 L'un d'eux, voyant qu'il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. 16 Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c'était un Samaritain. 17 Alors Jésus demanda : « Est-ce que tous les dix n'ont pas été purifiés ? Et les neuf autres, où sont-ils ? 18 On ne les a pas vus revenir pour rendre gloire à Dieu ; il n'y a que cet étranger ! » 19 Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t'a sauvé. »

Repères pour mieux comprendre

Pour nous, la lèpre est une maladie que l’on sait soigner. Mais à l’époque de
Jésus, la lèpre est bien pire qu’une maladie : elle signifie le péché qui coupe
de Dieu et des hommes. Les lépreux sont considérés comme souillés, impurs
et sources d’impureté. A cause de cette impureté, la loi juive les exclut
aussi bien religieusement que socialement. Les lépreux doivent rester
à distance. D’après cette même loi, pour être réintégré dans la société et
retrouver les siens, un lépreux guéri doit aller se montrer au prêtre qui accomplit
les rites de purification (Lévitique 14).
Jésus les invite à observer ces rites. Sans les toucher, sans les guérir sur-le-champ, il envoie les dix lépreux au temple de Jérusalem pour se montrer
aux prêtres.

Des questions pour entrer dans le texte

1- Repérons les indications de lieu. Où vont les lépreux ? Qu’est-ce que cela
nous dit ?
2- Distance/proximité : qui est proche ? Qui s’éloigne ? Quand ? Comment
cela nous touche ?
3- Repérons à quel moment la loi et la foi sont nommées ? La loi et la foi
s’opposent-elles dans ce texte ?
4- Que dit Jésus de la foi de cet étranger ?

 

En quoi cet évangile rencontre ma vie quotidienne ?

1- Qu’est-ce que je retiens de cette rencontre ?
2- Quel est mon cri aujourd’hui ?
3- Comment cette rencontre éclaire-t-elle ma foi ?
4- Comment je reçois le “va” du dernier verset ?

 

Prière

O Maître, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer,
car c’est en donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on trouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.
Prière franciscaine

 

Article publié par Curé de la paroisse St Jean-Baptiste de l'Escaut • Publié Vendredi 30 novembre 2012 • 1499 visites

Haut de page